Mise en avant

Théâtre et libéralisme (Paris, 1830-1840) – Parution

Théâtre et libéralisme (Paris, 1830-1840)

Chères et chers collègues,Chères et chers amis,

J’ai le plaisir de vous informer de la parution de mon ouvrage Théâtre et libéralisme (Paris 1830-1848) chez les Classiques Garnier. 

Une soirée de présentation du livre est organisée samedi 31 mars à 20h, à lalibrairie ATOUT LIVRE,  Paris 12e, 203 bis avenue Daumesnil.
Je serai très heureuse de vous y retrouver.
Une seconde rencontre sera organisée prochainement à la Librairie Le Brouillon de culture, à Caen…
Au plaisir de vous retrouver bien vite, ici ou là,

70 ans de la Décentralisation théâtrale – Comédie de Caen CDN

Le 30 novembre dernier, le CDN Comédie de Caen organisait une belle soirée pour fêter les 70 ans de la décentralisation théâtrale, au Théâtre des Cordes.


Présentation de la soirée sur le site de la Comédie de Caen :

70 ANS DE DÉCENTRALISATION THÉÂTRALE

Avec la fondation en 1947 des Centres Dramatiques Nationaux de Colmar et de Saint-Etienne et la création du Centre Régional d’Art Dramatique de Caen, débute l’aventure de la décentralisation théâtrale, animée par l’idée que les régions peuvent aussi inventer le théâtre, le créer et le faire partager.

Pour célébrer ces 70 ans et avant la fermeture pour travaux du Théâtre des Cordes la prochaine saison, nous avons souhaité revisiter les débuts de cette aventure théâtrale caennaise à travers une exposition et une soirée de lectures et de débats.
Dans le hall du théâtre des Cordes, une exposition constituée de documents d’archives de la Comédie de Caen, d’affiches de Bernard Girault et de photographies de Tristan Jeanne-Valès, sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir les années de fondation par Jo Tréhard puis celles de son successeur Michel Dubois. La soirée ouvrira par la performance Malraux Remix conçue par le directeur du CDN de Thionville Jean Boillot à partir de discours de Malraux puis sera suivie de lectures de textes de Jo Tréhard, Michel Dubois, Jack Ralite, Antoine Vitez…
Ces lectures seront ponctuées  d’interventions d’universitaires et de personnalités qui retraceront et interrogeront cette aventure, avec notamment la participation de Daniel Besnehard , dramaturge à la Comédie de Caen dans les années 80,  des universitaires Stéphanie Loncle et Charline Gatel et la modération de Chantal Meyer-Plantureux.

Lectures :  Marcial Di Fonzo Bo, Elise Vigier, Pierre Maillet, Guillermo Pisani, Caroline Arrouas,  Maurin Olles.
Performance : Isabelle Ronayette et David Lisse.
Remerciements à Daniel Grisel pour l’organisation de cette soirée.


Des comédiens et des comédiennes ont interprété des textes de Malraux, Jo Tréhard, Jack Ralite… Des hommes de théâtre et des femmes de l’Université ont été invités à parler, sur scène en écho à ces performances.

J’ai eu ainsi l’honneur et le privilège de prononcer un texte, intitulé « Le poète et le politique » à la suite de la superbe performance d’Isabelle Ronayette dans Malraux Remix conçue par Jean Boillot, directeur du CDN de Thionville-Lorraine, à partir du discours de Malraux  prononcé en 19 mars 1966, pour l’inauguration du Théâtre Maison de la Culture d’Amiens. Ce discours est célèbre, notamment pour le passage consacré au « nom hideux de province ». Ce fut l’occasion pour moi de le relire et de le redécouvrir au delà de la formule. Le contraste avec la vacuité des discours ministériels de ces derniers temps, qui vient souligner l’absence de toute personnalité politique en activité lors de la soirée du Théâtre des Cordes, m’a inspiré ce texte. Jack Ralite était présent dans nos coeurs. Virginie Lacroix, professeur d’Arts dramatique au Conservatoire à Rayonnement régional de Caen était là, avec quelques-uns et quelques-unes de nos étudiant.e.s commun.e.s. Le metteur en scène Laurent Hatat également. Les réactions et la fin de la soirée, passée autour d’un repas partagé, furent chaleureuses et fraternelles. Un très bon moment pour le théâtre dans un théâtre.


Voici le discours de 1966 : André Malraux, et mon texte « Le poète et le politique » qui le commente.

« Le poète et le politique »

Puisque, selon Malraux, l’Université doit faire de l’Histoire : commençons par là.

 

Quand Malraux prononce ce discours, cela fait déjà 8 ans qu’il est ministre. D’abord « ministre délégué à la présidence du Conseil » en charge de « l’Information » à quoi s’ajoutent bientôt « l’expansion et le rayonnement de la Culture française ». Puis se trouvant très vite à contre-emploi dans ce ministère de la propagande, il devient le premier « ministre d’État chargé des Affaires culturelles » (de 1959 à 1962) et enfin le premier « ministre de la Culture » de 1962 à 1969. C’est à ce titre bien sûr qu’on le célèbre aujourd’hui.

Pourtant son action en tant que ministre est bien postérieure au lancement de la décentralisation théâtrale et à ses premières brillantes réussites. Mais le nom de Malraux est plus que l’homme Malraux. Son nom n’est pas seulement associé à la décentralisation culturelle, il est [pour citer Laurent Fleury, Le TNP de Jean Vilar, PUR, 2007, p.45] fondateur du « discours héroïsant », « classique des politiques culturelles », « qui place la volonté humaine au cœur des processus historiques. » Le nom « éclatant » de Malraux fonde le regard épique porté sur cette histoire, une façon de la raconter à partir de ses grandes femmes et de ses grands hommes. À partir de Malraux, on reconstitue une généalogie héroïque de la décentralisation culturelle qui le précède et lui succède : Jeanne Laurent, Jean Vilar, Antoine Vitez, Ariane Mnouchkine, Jack Lang… Jack Ralite.

Qu’il me soit permis de dire en notre nom à toutes et tous combien la disparition de Jack Ralite nous laisse orphelines et orphelins, et de le remercier pour tout ce qu’il a pu nous apporter aussi bien dans le domaine de la santé (en 1981, ministre communiste du gouvernement d’Union de la gauche, il annonce que la France ne se référera plus à la classification de l’Organisation Mondiale de la Santé selon laquelle l’homosexualité est une maladie mentale) que dans la culture (en 1987, pour un autre anniversaire de la décentralisation théâtrale, ô combien plus combatif, il rassemblait toutes les forces de France et du monde pour fonder les « États généraux de la culture », sonnant le tocsin et mobilisant le plus largement possible pour mener et remporter le combat contre le GATT, première d’une longue série de négociations commerciales internationales qui menacent l’exception culturelle). Jack Ralite est un homme politique qui a « fait rêver la santé » (Libération, 13 novembre 2017), et qui fait rêver la culture. Jack Ralite, comme André Malraux, comme Jean Vilar et Antoine Vitez, sont célébrés à juste titre comme les pères de la décentralisation culturelle dans le formidable récit épique de cette aventure.

Aujourd’hui qu’ils ont disparu : interrogeons-nous. Cette lecture héroïsante de l’histoire, de notre histoire, ne nous tend-t-elle pas un piège ? L’épique n’est-il pas la fin de l’histoire ? L’histoire ne meurt-elle avec ses héros ?

*

Malraux n’est pas tant le père de la décentralisation culturelle que l’incarnation de ce que cette politique inédite a permis d’instituer dans notre pays : le mariage entre le poète et le politique. Ce qui frappe dans ce discours, c’est la hauteur de vue : le discours du politique est un projet de société qui s’appuie sur une vision de l’histoire et sur une vision de l’humanité, sur une réflexion profonde et personnelle, sur le sens de la présence humaine sur la terre, à l’échelle du monde entier et à l’échelle de chacun et de chacune. Un projet politique nourri par le souci prodigieux d’articuler l’expérience de la personne à celle de l’humanité. Chaque discours de Malraux est une proposition politique de solutions pour habiter le monde, pour apprivoiser le passé, agir dans le présent et se projeter dans l’avenir. Malraux fait de la politique en poète. C’est cela qui est inouï. C’est cela que nous célébrons.

Avant lui, d’autres ont incarné cette hybridité du poète-politique ou du politique-poète.

En 1959-1960, Jack Ralite, alors journaliste à l’Humanité dimanche et conseiller municipal à Aubervilliers rencontre Jean Vilar. Il veut lui demander des conseils pour ouvrir un théâtre dans sa commune ouvrière. Voici le récit qu’il fait de cette rencontre :

« La banlieue visitée par Vilar, la banlieue où il avait fait littéralement des «sorties» alors qu’il menait la bataille du TNP. On oublie peut-être trop qu’aller à Suresnes le 17 novembre1951, ou à Clichy le 20 décembre de la même année, ou encore à Gennevilliers en février 1952, à Montreuil le 17 juin 1952, c’était un exploit.

Les salles des fêtes « absurdes, sinistres, inutiles », disait Vilar, ne faisaient pas le plein alors. Le Cid à Clichy avec Gérard Philipe eut 310 spectateurs. Mère Courage à Montreuil 181 spectateurs une première fois, 551 une autre fois.
Eh bien, j’ai osé parler à Jean Vilar. Il parlait en se taisant ou presque. En fait, il vous faisait parler et il acquiesçait, ou corrigeait, ou complétait. Mais toujours peu de mots et sobre, même un peu sec. C’est le regard qui arrangeait l’entretien. Il jubilait d’ailleurs, modestement mais sûrement. Cette banlieue sans théâtre nouveau depuis Napoléon III s’élançait donc. Ça n’était pas lui qui allait voir un maire mais un adjoint aux écoles et à la culture qui venait le voir. Oh certes en 1947, à Avignon, Clavel rapporte : « Nous fûmes reçus par une municipalité communiste généreuse» C’était le Dr Pons. Là, c’est la municipalité communiste de la ville la plus ouvrière, la plus pauvre de la banlieue, de la ville où était né Gémier, fondateur en 1920 du Théâtre National Populaire, création originale française qui venait prendre conseil, s’entretenir pour construire un théâtre.

Je n’énumérerai pas les pistes qu’il me donna ou répéta – je lisais Bref, le mensuel du TNP. Seulement ceci. Un trousseau dont les clefs sont «la persévérance », « l’honnêteté », « ne pas oublier qu’un homme seul est toujours en mauvaise compagnie », « un artiste à la tête du théâtre c’est l’ordre normal, la création au-dessus de l’exploitation », « l’homme du peuple est le plus vieil aristocrate du monde », « provoquer, surprendre, réveiller irriter même », « liberté de création », « attention à la routine, cette paresseuse caricature de la tradition ». Et puis je m’en souviens mot à mot :

« Le théâtre n’est pas qu’un phénomène artistique. Il n’est pas qu’un phénomène social. Il est aussi et avant tout, du moins dans certaines grandes périodes de son histoire, un phénomène politique. »

Cette rencontre, c’est le miracle de la décentralisation théâtrale: la décentralisation théâtrale crée des espaces-temps, où des artistes tendent la main aux politiques et des politiques tendent la main aux artistes. Elle crée, au sens le plus fort du terme, des hommes et des femmes qui incarnent le mariage de l’art et de la politique, du rêve et de l’action, de l’imaginaire et du pouvoir. Un mariage avec ses idylles, ses conflits, sa fidélité. La décentralisation théâtrale n’est pas une épopée, elle est une institution : façonnée des mains des hommes et des femmes, dans les circonstances historiques de l’après-guerre, inspirée des exigences de la Résistance à la Libération, de l’aspiration d’un peuple tout entier à chasser les monstres et « les bourreaux » pour vivre en paix, dans la fraternité, le partage et la liberté.

Il est des institutions qui naissent du combat et s’érigent en ministères. Il est des institutions qui produisent des espaces de vie, où des femmes et des hommes développent ce qu’il y a de mieux en eux, où s’inventent des nouvelles pratiques politiques et artistiques, des nouvelles façons d’habiter et de changer le monde. Chaque établissement de la décentralisation culturelle réalise ces espaces de vie. Or, la science nous enseigne que sans sa « niche écologique », une espèce ne peut pas survivre. La décentralisation théâtrale, c’est la condition même de l’existence des Vilar, des Malraux, des Ralite : de ces poètes-politiques.

Ralite cite André Breton dans le Manifeste du surréalisme qui parle de « l’homme animal raisonnable » et de « l’homme ce rêveur définitif ». « À eux deux, dit-il, à l’occasion des 50 ans du Festival d’Avignon – c’est important les anniversaires – , à eux deux, Vilar et Vitez absorbent les deux approches et constituent une « source d’eaux profondes ». Il en est besoin en ces temps où le théâtre est sollicité par la concurrence financière et la complaisance étatique, par l’exaspération du spectaculaire et la nécessité de paraître, en ces temps où le social de gestion humanitaire est substitué au politique, où l’horizon ne connaît que le très court terme pour ne pas dire l’urgence, où la démocratie consensuelle se construit sur ces inacceptables démarches : chacun à sa place avec les opinions qui conviennent à cette place. Traiter le pauvre dans l’homme et non l’homme dans le pauvre1 ».

*

Puisse la célébration de ces héros nous donner la force de défendre ce qui les a fait naître, exister. Pour parodier la déclaration des États généraux de la culture de 1987 « la décentralisation théâtrale se porte bien pourvu qu’on la sauve ». Ce sont les institutions même qui sont en danger, ces « niches » qui pourraient disparaître, et avec elles, cette version démocratique de l’humanité à qui elles ont permis de croître.

L’État, dans le discours de Malraux n’est qu’un outil au service d’un projet. Le projet d’aider chacune et chacun à habiter un monde de ténèbres et de violence, de l’aider à regarder « dans la glace ce que sera son visage de mort » et de l’aider à passer outre cette vision pour travailler à l’avenir. « Il n’y a pas, il n’y aura pas de Théâtre sur la base de l’Etat ni d’ailleurs de la municipalité ; la Maison de la Culture, c’est vous. Il s’agit de savoir si vous voulez le faire ou si vous ne le voulez pas» car nous dit-il plus haut «l’argent n’est pas un problème ». L’argent est convoqué dans ce discours pour affirmer, avec toute l’autorité de la fonction ministérielle, qu’il n’est pas un problème. Mieux, la dépense pour l’Education nationale est un modèle à suivre : « N’oublions pas que, pour faire ce qui se passe ici dans la France entière, il faut 30 milliards d’anciens francs et que le budget de l’Education Nationale est de 1.700 milliards. (Complicités avec Jean Vilar et Antoine Vitez, préface Maurice Béjart, pour le 50 ans du Festival d’Avignon – il revient sur les dates anniversaires : c’est important de faire l’histoire des anniversaires, édition Tirésias, Michel Reynaud,1996, p.16-17) » Par conséquent, changer la France et en faire ce que nous voulons faire, est absolument possible. »

Dans ce contexte, la décentralisation culturelle, c’est l’outil de l’État mis au service de la démocratisation de la société. C’est l’usage de la force de l’Etat pour récupérer l’argent, par l’impôt républicain, et, avec cet argent, créer des lieux où une autre humanité pourra prendre vie, s’inventer un visage, des rêves, un avenir. C’est le politique qui vient voir l’artiste en lui disant : grâce à l’Etat, grâce à nous toutes et tous, il y a tout cet argent. Il nous appartient à toutes et tous. Nous avons toutes et tous besoin d’art et de culture. Je te le confie, à toi l’artiste, pour faire ce que tu sais faire pour nous.

Depuis quelques temps, la décentralisation a changé d’ère : elle avait vocation à faire disparaître le « mot hideux de province » : parce que, employé au singulier, il noyait la vitalité et la diversité des relations entre les communes, les petites et les grandes villes, la ruralité et les bords de mer, les ports et les usines dans un terrible ensemble moyen, gris, figé, maintenu en vie sous les perfusions du pouvoir central, de la grande capitale.

« Le mot hideux de province » a bien disparu dans les beaux quartiers et les diners chics, on ne parle plus que de « régions » avec son idiote préposition fétiche « en région ». De la province à la région que s’est-il passé ? Toujours la même indistinction, la même mort programmée, le même nivelage assommant. Seul le singulier s’est perdu. Nous sommes bien toujours «en province» mesdames et messieurs, mais nous ne sommes même plus toutes et tous dans la même province, c’est-à-dire, au fond, dans le même pays.

C’est l’État lui même comme outil au service d’un projet commun qui se délite, qui s’auto-détruit. L’État organisant l’optimisation fiscale, la baisse des dotations et des ressources pour les communes et les départements, l’Etat organisant, avec l’Acte 3 de la Décentralisation et le «Cap 2022», son écartèlement en régions. Liquidation des stocks. Circulez, il n’y a plus rien à voir rue de Valois.

Or, sans État à visée démocratique pas de décentralisation.

*
Alors aidons l’État. Aider l’Etat à contempler ce qui sera son visage de mort dans le miroir, aidons-le à faire « cette métamorphose la plus profonde de l’être humain qui finit toujours par créer des formes et du sens » avec l’absurdité de notre condition. Donnons-lui encore et toujours de la poésie, de l’art car il en a bien besoin. Envahissons les ministères, les conseils municipaux, tous les lieux politiques avec nos armes de poètes. C’est cela faire vivre un héritage.


On ne peut pas être Jack Ralite, André Malraux, Jean Vilar. Mais on peut faire du Ralite, du Malraux, du Vilar. Faire de la politique en poète et de la poésie en politique : une bien belle façon de FAIRE, qui permet d’habiter dignement le monde, qui permet, finalement, d’être pleinement soi-même car comme disait Oscar Wilde « tous les autres rôles sont déjà pris ». Une belle façon de réussir ce que Jack Ralite admirait tant chez Stéphane Charbonnier, alias Charb, dessinateur flamboyant assassiné 7 janvier 2017 lors de l’attentat contre Charlie Hebdo : « un singulier collectif, qui rêve d’un monde où le peuple serait enfin populaire. ».

 

Continuer la lecture de « 70 ans de la Décentralisation théâtrale – Comédie de Caen CDN »

Théâtre : de quoi on parle ?

Les études théâtrales se donnent pour pour objectif d’étudier le théâtre. Depuis plus de 15 ans, j’apporte ma contribution à ce domaine et pourtant je ne sais pas toujours bien de quoi on parle, quand on parle de théâtre. Le théâtre du passé, le théâtre qu’on défend, le théâtre dont on a l’impression qu’il serait enfin comme on le désire, émancipateur et poétique, le théâtre qu’on déteste, le théâtre de ses parents, le théâtre qu’on ne comprend pas, le théâtre d’ailleurs. Et puis le théâtre dont les autres parlent : des historiens, des sociologues, des gens de lettres, des psychanalystes, des anthropologues, des critiques. Enfin, il y a le théâtre des gens de théâtre qui se dépensent tant pour s’assurer qu’il existe bien quelque chose, un lieu, une scène, un événement, où ils pourront se dépenser, avec d’autres.  Tout le monde parle de théâtre, de façon métaphorique, du bout des lèvres ou avec emphase. Ce carnet de recherche présentera quelques-unes des façons de parler du théâtre qui m’interpellent et m’inspirent.